Photo de la chronique
Photo : Suzie Larivée, Emylie Laplante et Nikolas Gravel

Entretien avec Suzie Larivée et Nikolas Gravel

Fondée il y a vingt-cinq ans par quatre amis passionnés, La Tribu produit des disques et des spectacles, assure la gérance d’artistes de diverses disciplines, tout en faisant la gestion de plusieurs salles de spectacles à Montréal. Avec son penchant assumé pour les paroles fortes et les signatures affirmées, l’agence représente plusieurs artistes du champ gauche qui ont le potentiel de — ou qui savent depuis longtemps — soulever les foules.

La Tribu : une entreprise familiale

« À la base, on est une entreprise familiale et amicale. Les collègues et les artistes qui travaillent avec nous sont là depuis très longtemps », indique Suzie Larivée, qui a créé La Tribu en 1996, avec son frère et deux amis. Dans ce carré d’as, chacun a sa spécialité : Marie-Christine Champagne assure la direction des communications, Luc Chabot, celle de l’administration et des finances, Claude Larivée fait de la gérance et de la production alors que Suzie Larivée touche à la gérance et au financement, tout en coordonnant la diffusion de la danse et du théâtre. « On se partage des tâches au quotidien, on s’épaule, ce qui crée un mixe parfait de mandats et d’intérêts », ajoute-t-elle.

Au fil du temps, de nouvelles branches et de nouveaux alliés se sont ajoutés, dont Nikolas Gravel, qui s’est joint à La Tribu en 2003. Après avoir travaillé sur le terrain comme musicien, il est maintenant directeur des ventes de spectacles. Il compare le modèle d’affaires de La Tribu à l’aube du nouveau millénaire à celui de Terry McBride dans l’Ouest canadien. « Claude et Suzie amenaient une nouvelle façon de travailler, en équipe avec les artistes, qui sortait la gérance du paternalisme de l’époque des impresarios », note-t-il.

« La passion de la culture et de la musique est un fondement très solide de la compagnie, dit-il aussi. Côtoyer Suzie, qui a de grandes compétences en art, pas juste en musique, est un gage de renouvellement. » L’intérêt pour les arts visuels de la cofondatrice se traduit notamment dans le soin accordé aux pochettes d’album, pour lesquelles elle sollicite par exemple Julie Espinasse de l’Atelier Mille Mille ou encore le peintre Martin Bureau. Multidisciplinaire, l'équipe représente actuellement plus de 25 artistes ou groupes en chanson, musique, danse, théâtre et humour.

Les artistes de La Tribu

Que le spectacle continue!

Sacrée Maison de gérance de l’année et Entreprise de production de spectacles de l’année au Gala de l’ADISQ 2021 et Agence de spectacle de l’année au Gala de l’ADISQ 2020, La Tribu compte maintenant une vingtaine d’employés dans ses bureaux de la rue Saint-Denis à Montréal et engage près de 300 personnes en incluant les artistes et techniciens qui prennent la route.

Pour réagir à la baisse des ventes d’albums, l’équipe s’est relevé les manches. « On s’empare des plateformes Web et on réussit à mettre la musique de l’avant autrement. On fait des plans marketing qui tiennent compte de ses plateformes et qui y mettent nos vidéoclips de l’avant. La musique circule, ça amène des gens aux spectacles et la roue tourne », constate Suzie Larivée.

La nouvelle génération de musiciens vend de plus en plus d’albums en tournée. Nicolas Gémus, par exemple, qui a gagné le prix des diffuseurs européens et sera en tournée solo au printemps 2022, charme les spectateurs avec ses textes forts et son interprétation envoûtante. Nombreux sont ceux qui souhaitent emporter un morceau de sa performance à la maison après la tombée du rideau. La boutique en ligne de La Tribu, où l’on peut précommander des disques, des vinyles et des éditions spéciales, est aussi un bon atout pour tenir tête aux sites de streaming.

Des carrières longues et complètes

En gérance, l’agence cherche à développer les carrières des artistes selon une approche globale. « On veut leur permettre de s’épanouir dans tous leurs projets, trouver comment progresser avec des étapes réalistes et raisonnables, tout en rêvant loin », expose Suzie Larivée, qui souhaite aussi mettre en valeur le côté artisan de certaines démarches.

Michel Faubert, conteur hors pair et figure importante de la musique Trad au Québec, a développé une pratique en mise en scène, en écriture et en coaching d’artistes que son agence met de l’avant. Dumas, bête de scène connue du grand public et appréciée des mélomanes, a aussi une pratique plus confidentielle où il crée des musiques de film et des trames sonores. Tire le Coyote, très actif comme auteur-compositeur-interprète, a publié son premier recueil de poésie en février aux éditions La Peuplade. Alors que Juste Robert (Jean-Robert Drouillard), avant de composer des chansons, avait déjà une pratique bien établie en sculpture. « Pour nous, ces choses-là font partie de la carrière de l’artiste et c’est important de l’accompagner là-dedans », indique la gérante, qui met tout en place pour favoriser les trajectoires de longue durée. « L’éphémère, on sait que ça arrive, mais on mise plutôt sur les belles associations et les longues évolutions », résume-t-elle.

Nouvelles recrues et nouveaux projets

Il y a six ans, La Tribu a développé un volet humour et représente aujourd’hui de jeunes humoristes au discours décalé, articulé et réfléchi. Rosalie Vaillancourt, Mehdi Bousaidan, Philippe-Audrey Larrue-Saint-Jacques sont notamment dans les rangs.

La vente de spectacles en danse et en théâtre — le volet chouchou de Suzie Larivée — part de liens d’amitié développés entre l’agente et les compagnies comme Grand Poney, Danse K par K, Mandoline hybride et Hotel-Motel. « Ça se lie à tout le reste parce qu’il y a des programmateurs et programmatrices au Québec qui ont déjà confiance en nous et en ce qu’on apporte en chanson. Je ne choisis pas sur le volume de ventes qu’on peut faire, mais sur la qualité de la proposition artistique. »

L’art vivant ne l’a pas eu facile pendant la pandémie. Plutôt que d’offrir un palliatif aux prestations habituelles en faisant de la captation vidéo, la compagnie a réussi à magnifier les spectacles et à préserver la magie de la rencontre en créant des films musicaux. Les Trois Accords : live dans le plaisir et L'Amérique pleure : le film, avec Les Cowboys Fringants, ont donné l’occasion à La Tribu de développer un volet distribution de films et d’entrer dans le réseau des salles de cinéma au Québec.

Dans les mois à venir, plusieurs projets laissés en jachère pourront enfin voir le jour, dont deux grands spectacles sur des monuments de la musique mondiale : un sur le trompettiste Miles Davis, autour de l’album Kind of Blue, et l’autre sur David Bowie. Dans les deux cas, des tournées sont prévues des deux côtés de l’Atlantique.

Pour en savoir plus sur La Tribu, visitez latribu.ca

Découvrez les artistes de La Tribu au Grand Théâtre!


Plus récentes chroniques