Musique classique

Un concerto, une valse, un poème

Orchestre symphonique de Québec

Webdiffusion

Photo du spectacle

Webdiffusion

prix

Taxes et frais de services inclus
Régulier
gratuit

Description

Le 3e concerto de Prokofiev par l’Orchestre symphonique de Québec

Un concerto, une valse et un poème, telle sera la soirée haute en couleur pour ce concert de l’Orchestre!

En première partie, la valse de Méphisto n° 1, de Liszt. Le compositeur ne manque pas ici d’inventivité en offrant une musique sarcastique et sautillante. Cette œuvre demeure exemplaire dans le genre musique descriptive, dite à programme, reprenant un épisode de l’histoire du docteur Faust : après avoir passé sa vie à étudier et profondément déçu de ne pas trouver la réponse aux mystères de l’existence, le docteur songe au suicide. Le Diable, surnommé Méphistophélès, lui propose alors un pacte : son âme en échange d’une jeunesse éternelle et des plaisirs de la vie. Avec sa passion, sa sensualité et ses effets dramatiques, cette valse fut décrite comme l’une des plus voluptueuses jamais écrite.

Suivra la plus célèbre œuvre de Prokofiev, le Concerto pour piano n° 3. Au rythme nerveux et au charme envoûtant, ce concerto est un parfait mariage entre une écriture pianistique virtuose à une orchestration claire et d’une très grande richesse. La brillante partition sera interprétée par Philip Chiu, ce « pianiste-peintre qui transforme chaque mesure en une magnifique palette de couleur ». N’oublions pas que les critiques au départ – à l’instar du public – ont été un peu tièdes, provoquant l’ire du musicien qui les traitera de pécores. Mais un an plus tard, l’accueil fut si chaleureux en Europe qu’on lui demanda, deux ans plus tard, et pour la seule fois dans sa carrière, de l’enregistrer.

Pour clore la soirée, Le rouet d’or d’Antonín Dvořák, inspiré des légendes populaires transmises par la tradition orale tchèque, qui reprend le mythe de Cendrillon dans une version assurément plus sombre : un joli prince épris d’une belle jeune femme qui malheureusement sera tuée cruellement puis défigurée et démembrée par une mère qui veut placer sa propre fille dans les bras dudit prince. L’Orchestre livre ici un poème symphonique dont les qualités évocatrices n’ont d’égal que son inspiration mélodique et l’originalité de ses couleurs orchestrales!

Ce concert est présenté dans le cadre des Jeudis presto.


Programme du concert

Andrei Feher, chef
Philip Chiu, piano

FRANZ LISZT
Valse de Méphisto no1, S. 514

SERGUEÏ PROKOFIEV
Concerto pour piano no3 en do majeur, op. 26
PHILIP CHIU, piano

ANTONIN DVOŘÁK
Le rouet d’or, op. 109


Visionner sur YouTube

Visionner sur Facebook

  • Musique classique
  • Prokofiev